2 March 2018

Vie sauvage : l’ONU appelle à protéger les grands félins dans l’intérêt de nos écosystèmes

La définition des grands félins a été élargie pour inclure, outre le lion, le tigre, le léopard et le jaguar – les quatre plus grands félins rugissant – la panthère, le léopard des neiges, le puma, la panthère nébuleuse, etc. Les grands félins sont présents en Afrique, Asie et dans les trois Amériques, soit une répartition pratiquement mondiale.

 « Les grands félins sont des espèces clefs », a rappelé le Secrétaire général. « En les protégeant, ce sont leurs vastes habitats et les multiples formes de vie qu’ils abritent que nous protégeons, et, ainsi, des écosystèmes entiers indispensables à la bonne santé de notre planète ».

Les grands félins sont les animaux les plus populaires et les plus admirés dans le monde. Néanmoins, ils sont confrontés à bien des menaces, dues en majorité à des activités humaines. Leurs populations se réduisent à un rythme inquiétant.

Plusieurs raisons expliquent ce déclin : un habitat naturel qui se rétrécit, un nombre de proies qui diminue, des conflits avec les humains, le braconnage et le commerce illégal. La population de tigres a ainsi chuté de 95% au cours des 100 dernières années et celle du lion d’Afrique de 40% en à peine 20 ans.

« Les impacts de la perte de grands félins vont bien au-delà des espèces elles-mêmes. Ils forment une partie irremplaçable des systèmes naturels de la terre, qui doivent être protégés », a déclaré John E. Scanlon, Secrétaire général de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

Pour le chef de l’ONU, le salut des grands félins et d’autres espèces menacées dépend finalement d’une seule chose : la mise en œuvre d’une politique de sauvegarde fondée sur des bases scientifique solides et le respect de l’état de droit.

« Nous devons en outre tenir pleinement compte des besoins des populations locales. Lorsque les communautés et l’économie locales profitent de la mise en place de stratégies de conservation de la vie sauvage, ces dernières ont beaucoup plus de chances de réussir », a souligné M. Guterres.

Commerce de grands félins : des éléments caractéristiques du crime organisé

Le commerce des espèces sauvages et de leurs produits est global et prend plusieurs formes : animaux vivants, décoration, mode, médicaments et trophées de chasse.

Le premier Rapport de l’ONU sur la criminalité liée aux espèces sauvages, publié par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) en 2016, indique que le commerce illégal de peaux de grands félins présente bien des éléments caractéristiques du crime organisé.

Tous les grands félins sont protégés par la CITES en raison des graves menaces que représentent le commerce non réglementé et illégal pour leur survie.

Depuis près de 20 ans, la CITES a mis en évidence le rôle joué par le crime organisé dans le trafic des grands félins d’Asie, qui est depuis longtemps parmi les priorités de la Convention. Au cours des sept dernières années, la CITES a accru ses efforts dans la lutte contre cette organisation transnationale du crime contre les espèces sauvages.