21 September 2019

Sommet des jeunes pour le climat : à l’ONU, les jeunes leaders s’engagent à maintenir la pression sur les gouvernements et les entreprises face à l’urgence climatique

New York, 21 septembre — Au lendemain des manifestations qui ont mobilisé des milliers de jeunes réclamant des mesures accélérées face à l’urgence climatique, la jeunesse militante est venue faire entendre son message devant les Nations Unies lors du Sommet des jeunes pour le climat, en prélude au Sommet Action Climat, qui s’achèvera le 23 septembre.

Ce sommet des jeunes entièrement consacré aux changements climatiques, première initiative de ce genre à l’ONU, leur donne la parole en faveur d’une accélération des plans de réduction des émissions de gaz à effet de serre. À défaut de mesures adéquates, ils risquent de faire reculer les progrès accomplis ces dernières décennies au chapitre du développement, grâce auxquels des millions de personnes connaissent des conditions de vie meilleures.

Le but est de créer un espace de dialogue entre les décideurs et les jeunes encouragés à s’emparer de la problématique, à faire entendre leur voix et à réaliser leur potentiel en visant une approche nouvelle pour combattre les changements climatiques.

António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies et hôte de l’événement, a invité des champions pour le climat originaires de plus de 140 pays et territoires à faire part au monde de leurs solutions au problème. Ils font passer un message clair à tous les dirigeants : c’est maintenant qu’il faut agir contre les changements climatiques. Les réflexions issues de cette journée doivent venir enrichir les discussions lors du Sommet Action Climat, auquel participeront des chefs d’État et de gouvernement, ainsi que des dirigeants d’entreprise et de la société civile.

M. Guterres a souligné le rôle essentiel des jeunes d’aujourd’hui s’agissant de combattre la crise climatique, de même que le caractère crucial de cet événement concernant la préparation du Sommet Action Climat de ce lundi, en vue duquel il a été demandé aux dirigeants mondiaux de proposer des mesures audacieuses et concrètes. Il a félicité ces jeunes qui viennent bousculer l’attitude de « laisser-faire » des dirigeants face à la question du climat. 

« Nous n’y sommes pas encore », a déclaré M. Guterres, avant de poursuivre : « C’est une course que nous sommes toujours en train de perdre. Néanmoins, cette dynamique évolue, en grande partie grâce à votre initiative [de Greta Thunberg] et au courage avec lequel vous avez lancé ce mouvement. »

Il a ajouté : « Des millions de personnes partout dans le monde ont exprimé clairement leur désir de changement ; ils veulent non seulement que les décideurs changent, mais aussi qu’ils soient tenus pour responsables. En tant que grand-père, je souhaite que mes petites-filles vivent sur une planète habitable. Ma génération a une énorme part de responsabilité. C’est à la vôtre de nous demander des comptes, et ce pour veiller à ne pas trahir l’avenir de l’humanité. »

Au programme de cette journée étaient prévues des sessions réunissant jeunes militants, innovateurs, entrepreneurs, ainsi que tous celles et ceux qui souhaitent faire bouger les choses, tous prêts à déployer des efforts avec la rapidité et avec l’ampleur qu’exige le défi de la crise climatique.

Le rendez-vous s’est achevé par une présentation de la Plateforme sur l’état de la jeunesse et d’ActNow, une initiative qui encourage les citoyens à s’engager dans la lutte contre les changements climatiques. Pour clore l’événement, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Amina Mohammed, les participants, ainsi que des représentants de haut niveau des gouvernements et de la société civile se sont réunis autour d’un forum.

Jayathma Wickramanayake, Envoyée du Secrétaire général pour la jeunesse a déclaré : « Le changement climatique représente l’enjeu le plus important de notre époque. Il touche déjà des millions de jeunes aux quatre coins de la planète. Si nous n’agissons pas immédiatement, nous devons nous attendre à de lourdes conséquences. »

Les émissions de gaz à effet de serre dans le monde augmentent, les températures sont en hausse et les impacts du changement climatique se multiplient. La population dans son ensemble est déjà concernée ; mais pour 1,8 milliard de jeunes âgés de 10 à 24 ans, le problème se fait beaucoup plus pressant, car il va influencer leurs conditions de vie d’une façon inédite. Pour la jeune génération, l’urgence de combattre le phénomène n’a jamais été aussi criante.

Selon l’Organisation météorologique mondiale, nous sommes en train de traverser les cinq années les plus chaudes jamais enregistrées. La température moyenne relevée pour la période 2015-2019, que l’on estime actuellement à 1,1 °C au-dessus des niveaux préindustriels, est en passe de devenir officiellement la plus élevée. Vagues de chaleur généralisées et durables, incendies qui battent tous les records et autres catastrophes telles que cyclones tropicaux, inondations et sécheresse ont de graves répercussions sur le développement socioéconomique et sur l’environnement.

Tandis que la fonte de la glace de mer et de la masse glaciaire se poursuit, l’élévation du niveau de la mer s’accélère et l’acidification des océans s’intensifie. L’insécurité alimentaire et ses impacts sur la santé augmentent. Malgré tout, dans le monde, on continue d’investir dans les énergies fossiles.

Jayathma Wickramanayake a souligné que la lutte contre les changements climatiques doit être juste et équitable : « Nous devons veiller à ce que personne, en particulier chez les jeunes, ne soit laissé pour compte. Le Programme 2030 et les Objectifs de développement durable (ODD) nous indiquent la marche à suivre pour atteindre le développement durable partout dans le monde d’ici 2030. Dans cette optique, la lutte contre les changements climatiques (ODD 13) revêt la plus haute importance. »