11 February 2019

#SDGsinAcademia: Centre de référence pour l´objectif 16

Dans le cadre de la campagne en cours sur les Objectifs de développement durable (ODD) menée par les Nations Unies, la série de publications de l'Impact académique des Nations Unies (UNAI) #SDGSinAcademia présente les nouveaux centres des ODD pour chacun des Objectifs de l'Agenda 2030 du développement durable.

11 février 2019 - Cette semaine, notre série #SDGinAcademia met en vedette l'Université De Montfort (Royaume-Uni), une institution membre de l'Impact académique des Nations Unies (UNAI), qui a été choisie comme Centre ODD pour l'Objectif 16: Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour un développement durable, fournir un accès à la justice pour tous et construire des institutions efficaces, responsables et incluses à tous les niveaux.

A propos du Centre:

L'Université de Montfort (UDM) est une institution engagée envers le bien public et les objectifs du développement durable (ODD). C'est une université fière d'être parmi les plus diversifiées au monde avec un programme d'engagement public qui réalise chaque année des centaines de projets avec plus de 20.000 heures de bénévolat et de participation à desévénements, avec la conviction que les universités sont les mieux placées pour faire la  différence.

Le plan stratégique quinquennal récemment publié par l'université utilisera également les ODD comme un prisme pour orienter tout son enseignement, sa recherche et le soutien aux étudiants. L’UDM vise à bâtir une communauté savante fondée sur la capacité de remettre en question les conventions et de créer de l'impact. En ce sens, l'établissement veut façonner avec succès un monde durable en combinant l'excellence en recherche, une pensée innovatrice et des plans ambitieux.

Que fait ce centre pour l’ODD 16?

L’UDM est l'institution chef de file de l'enseignement supérieur dans la campagne #JoinTogether de l'ONU, un réseau composé d'universitaires, d'organisations de la société civile, de médias et de politiciens, qui se concentre sur le sort de la migration forcée. #JoinTogether vise à promouvoir le respect, la sécurité et la dignité des réfugiés et des migrants afin de contrer la montée de la xénophobie, la discrimination et de changer les récits négatifs tout en renforçant la cohésion sociale entre les communautés hôtes et les réfugiés et migrants.

Dans le même ordre d'idées, l'université a créé un programme de soutien conçu pour les réfugiés et les demandeurs d'asile, qui offre un large éventail d'activités, y compris le mentorat de jeunes réfugiés au moyen de séances de perfectionnement professionnel. Il comprend également des cours d'informatique et des séances de lecture en binôme pour les enfants migrants, l'enseignement de l'anglais à ceux qui ne parlent pas la langue et la collaboration avec des organismes caritatifs et des organisations sur ces questions.

L'institution a également encouragé activement le respect, la sécurité et la dignité des réfugiés et des migrants tout en soulignant les avantages de la migration et de la diversité. Elle promeut également le projet "Partager mon histoire", une série d'entretiens avec des réfugiés de la ville de Leicester, qui permettra de créer une archive de l'histoire orale des différentes expériences des réfugiés afin de mieux comprendre les défis de la migration forcée.

L’UDM encourage également l'apprentissage actif à des fins sociales parmi ses étudiants, en les incitant à voyager à travers l'Europe pour aider les réfugiés. Les étudiants se sont rendus dans quatre différentes villes européennes pour acquérir une expérience pratique avec des groupes ou des communautés soutenant des réfugiés et d'autres personnes défavorisées. Cela a nécessité des partenariats avec diverses organisations de la société civile.

L'université offre également des cours et des programmes liés aux questions mondiales des droits de l'homme. Une partie du corps professoral a participé à des projets de recherche sur le droit de l'immigration et les minorités linguistiques, pour n'en citer que quelques-uns. De plus, l'institution offre une maîtrise en droit international des droits de l’homme, afin d'explorer la naissance de la pensée internationale des droits humains et la lutte pour équilibrer les droits concurrents tout en examinant le système juridique international et les systèmes juridiques des droits humains.

L’UDM a également élaboré une initiative sur la tolérance zéro à l'égard de l'esclavage et de la traite des êtres humains, car l'université s'est engagée à faire en sorte qu'il n'y ait ni esclavage moderne ni traite d’êtres humains dans ses chaînes d'approvisionnement ni dans aucune partie de ses activités. L'établissement accueille également le Groupe de recherche sur la justice pénale, qui comprend du personnel possédant une expertise reconnue à l'échelle nationale en probation, en maintien de l'ordre, en criminologie appliquée et en justice communautaire et pénale.

Le Rapport sur les objectifs de développement durable 2018 fait le point sur les progrès accomplis au cours de la troisième année de mise en œuvre de l'Agenda pour le développement durable 2030. Il présente une vue d'ensemble qui met en évidence les progrès accomplis et les lacunes qui subsistent pour l'ensemble des 17 objectifs du développement durable (ODD), sur la base des données disponibles les plus récentes, et examine certaines des interconnexions entre les objectifs et les cibles.

Il s'agit de l'aperçu fourni dans le Rapport sur l'objectif 16:

De nombreuses régions du monde continuent de souffrir d'horreurs indicibles du fait des conflits armés ou d'autres formes de violence qui se produisent dans les sociétés et au niveau national. Les progrès dans la promotion de l'état de droit et de l'accès à la justice sont inégaux. Toutefois, des progrès ont été accomplis dans la réglementation visant à promouvoir l'accès du public à l'information, quoique lentement, et dans le renforcement des institutions chargées de faire respecter les droits de l'homme au niveau national.

  • Près de 8 enfants sur 10 âgés de 1 à 14 ans ont été régulièrement soumis à une forme quelconque d'agression psychologique et/ou de châtiment physique à la maison dans 81 pays (principalement en développement), selon les données disponibles entre 2005 et 2017. Dans tous ces pays sauf sept, plus de la moitié des enfants ont subi des formes violentes de discipline.
  • Plus de 570 flux différents liés à la traite des personnes ont été détectés entre 2012 et 2014, affectant toutes les régions ; nombre d'entre eux se sont déplacés de pays à faible revenu vers des pays à revenu élevé.
  • En 2014, la majorité des victimes de la traite détectées étaient des femmes et des filles (71%) et environ 28% étaient des enfants (20% de filles et 8% de garçons). Plus de 90% des victimes détectées ont été victimes de la traite à des fins d'exploitation sexuelle ou de travail forcé.
  • La proportion de prisonniers détenus sans avoir été condamnés pour un crime est restée presque constante au cours de la dernière décennie: de 32% en 2003-2005 à 31% en 2014-2016.
  • Près d'une entreprise sur cinq dans le monde déclare avoir reçu au moins une demande de paiement de pots-de-vin dans le cadre de transactions réglementaires ou de services publics.
  • Au niveau mondial, 73% des enfants de moins de 5 ans ont fait enregistrer leur naissance; cette proportion est inférieure à la moitié (46%) en Afrique subsaharienne.
  • Au moins 1019 défenseurs des droits humains, journalistes et syndicalistes ont été tués dans 61 pays depuis 2015. C'est l'équivalent d'une personne tuée chaque jour en travaillant à informer le public et à construire un monde libéré de la peur et du besoin.
  • Des lois et politiques sur la liberté de l'information ont été adoptées par 116 pays, dont au moins 25 au cours des cinq dernières années. Toutefois, la mise en œuvre demeure un défi.
  • Depuis 1998, plus de la moitié des pays (116 sur 197) ont créé une institution nationale des droits de l'homme qui a fait l'objet d'un examen par les pairs pour vérifier sa conformité aux normes internationalement reconnues (les Principes de Paris). Cependant, seulement 75 de ces pays ont des institutions qui sont entièrement conformes.

Les ressources suivantes fournissent des informations générales sur les ODD:

  • Il s'agit d'un guide de recherche complet de la Bibliothèque de l'ONU à Genève qui énumère des ressources sur chacun des Objectifs, y compris des livres et des articles (dont certains sont entièrement disponibles en ligne gratuitement), des documents de l'ONU tels que des résolutions et des rapports, et des ressources supplémentaires.
  • Le Fonds ODD a créé cette bibliothèque en ligne comprenant plus de 1000 publications en ligne. Les publications sont classées selon les objectifs qu'elles représentent, les régions géographiques et les auteurs, afin de faciliter la recherche. Chaque publication est également accompagnée d'un bref résumé qui facilite la recherche par mot-clé.
  • Cette sélection d'outils est une initiative appuyée par le PNUD, ONU-HABITAT et le Groupe de travail mondial des autorités locales et régionales, qui propose des notes conceptuelles, des documents, des études de cas, une compilation des meilleures pratiques et des guides fournissant des informations contextuelles et pratiques sur les ODD.
  • Ce guide, intitulé "Démarrer avec les objectifs de développement durable", est destiné aux parties prenantes et conçu par le Réseau pour des solutions de développement durable (RDSD) pour servir de base initiale à la mise en œuvre des ODD.
  • Le SDSN a également élaboré ce guide, intitulé "Getting Started with the SDGs in Universities", pour aider les universités, les établissements d'enseignement supérieur et le secteur universitaire en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans le Pacifique à accélérer leur contribution aux ODD en fournissant des conseils pratiques et des exemples pour inspirer de nouvelles actions.

Vous pouvez en savoir plus sur les plates-formes ODD sur le site Web de l'UNAI.

Votre établissement est-il membre de l'UNAI et mène-t-il des activités et des initiatives autour de l'objectif 16? Contactez-nous à academicimpact@un.org pour nous parler de votre travail et laissez-nous connecter votre université avec le Centre ODD! En travaillant ensemble, nous pouvons faire de l'Agenda 2030 une réalité!