19 November 2019

S’efforcer de nourrir 10 milliards de personnes d’ici 2050

L’an dernier, l’Impact Universitaire des Nations Unies annonçait le lancement de ses Centres de références sur les ODD. Ces institutions membres de l’UNAI qui se distinguent par leur engagement novateur et leur savoir dans le domaine des Objectifs de développement durable (ODD) ont été sélectionnées pour servir de ressource en matière de meilleures pratiques au réseau de l’UNAI, actuellement composé de plus de 1 400 établissements d’enseignement supérieur répartis dans plus de 130 pays.

Le moment est venu de faire le point sur les connaissances engrangées et les activités menées au cours des douze derniers mois dans le cadre du programme et de nous intéresser aux initiatives à venir. Le prochain article de notre série spéciale anniversaire est consacré à l’Université de Pretoria (Afrique du Sud), Centre de référence pour l’ODD nº 2 : Faim « Zéro ».

L’Université de Pretoria (UP) s’est engagée à mener des activités de recherche et de formation qui favorisent et soutiennent la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD). Bien que l’UP abrite le Centre de référence pour l’ODD 2, une grande partie de la recherche et des innovations s’attaquent simultanément à plusieurs ODD. Depuis 1930, l’Université mène des recherches percutantes sur la production durable de nourriture. Nos recherches incluent les sciences fondamentales, l’adoption de nouvelles technologies et la conservation de la riche biodiversité africaine.

Les recherches de l’UP nous permettent d’espérer que nous pourrons répondre aux besoins alimentaires des générations futures. L’Université produit des recherches novatrices et inclusives, mais notre travail ne s’arrête pas là. Grâce à nos partenariats avec divers réseaux internationaux, continentaux et nationaux, nous visons à mettre ces recherches entre les mains de personnes qui peuvent les utiliser pour avoir un véritable impact.

Un projet d’élevage du Département des sciences animales et fauniques visant à produire du bétail de façon efficiente et efficace a été lancé dans les années 1930. Le Bonsmara est maintenant devenu la race de choix dans la production de viande bovine sud-africaine. Notre Département des sciences végétales et du sol étudie le potentiel de l’agriculture verticale en utilisant 25 mètres carrés pour cultiver plus de 1 500 plantes à la fois. Cette technologie aéroponique utilise dix fois moins de terre (ODD 15) pour produire des aliments nutritifs (ODD 2). Le Département des sciences alimentaires et de la consommation contribue à la recherche visant à mettre fin à la faim et à la malnutrition (ODD 2) en s’appuyant sur des aliments traditionnels qui sont facilement disponibles et qui peuvent résister à la sécheresse.

Façonner le développement national, continental et mondial

Le Département de l’économie agricole, de la vulgarisation et du développement rural a contribué au renforcement des capacités des décideurs africains en matière d’agriculture grâce à sa formation. Un soutien direct est également apporté aux gouvernements nationaux par le biais de programmes de renforcement des capacités, de contributions au processus d’élaboration des politiques et de l’élaboration d’outils d’appui à l’élaboration des politiques. Les travaux de recherche portent sur des questions transversales telles que la pauvreté (ODD 1), l’égalité des sexes (ODD 5), l’action climatique (ODD 13) ainsi que les partenariats inclusifs et durables pour le développement (ODD 17).

Dans l’esprit de ne laisser personne pour compte, notre Faculté d’Éducation continue de mettre en valeur et de faire progresser la recherche qui s’appuie sur les capacités des communautés africaines à favoriser le développement économique, social et rural. De même, depuis plus de dix ans, le Centre d’études sur la résilience mène des recherches sur la cohésion communautaire et les capacités d’amélioration du bien-être (ODD 3) grâce aux jardins scolaires (ODD 2 et 4).

Au niveau national, une équipe transdisciplinaire de l’Université de Pretoria a appuyé l’élaboration du rapport sud-africain sur le développement durable. Le rapport, lancé en septembre 2019, lors d’une manifestation parallèle à la 74ème session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU), souligne les progrès de l’Afrique du Sud en ce qui concerne les ODD et indique les domaines qui nécessitent une attention accrue. L’UP abrite également le Centre de référence sud-africain pour les ODD qui met en relation des décideurs politiques avec des chercheurs afin d’atteindre les ODD.

Bon nombre de nos employés participent à des tribunes internationales où ils contribuent aux programmes de développement nationaux et continentaux. Le Professeur Rashid Hassan a siégé et continue de siéger à de nombreux conseils d’administration et conseils scientifiques nationaux et internationaux, dont l’Académie nationale des sciences des États-Unis, le Groupe d’experts de haut niveau sur la sécurité alimentaire et la nutrition du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (HLPE) et le Comité des politiques de développement (CDP) des Nations Unies. Sa participation à ces fonctions et à plusieurs autres a contribué à éclairer les initiatives et les processus mondiaux clés en matière d’environnement et de développement, y compris le programme de développement durable. Le Docteur Moraka Makhura a dirigé l’élaboration du rapport du Groupe d’experts de haut niveau du Comité de la sécurité alimentaire mondiale sur les partenariats multipartites pour financer et améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition dans le cadre de l’Agenda 2030. Le Professeur Sheryl Hendriks continue de participer au Groupe d’experts du Panel Malabo Montpellier (MaMo), qui fournit des orientations politiques et un appui aux pays africains, et présente des exemples de réussite que d’autres pays peuvent envisager.

Formation et Collaboration

L'Université de Pretoria offre un programme transdisciplinaire de Maîtrise en pratique du développement axé sur l’acquisition des compétences en leadership nécessaires pour atteindre les ODD. En outre, pour la troisième année consécutive, des étudiants de l’UP ont été sélectionnés pour participer au programme UNLEASH 2019. UNLEASH est un laboratoire d’innovation mondial, dont l’objectif est de réunir des spécialistes du monde entier pour trouver des solutions afin d’atteindre les ODD.

L’UP collabore avec des partenaires du monde entier pour développer des innovations. Par exemple, la collaboration avec l’Académie d’irrigation virtuelle étudie les technologies d’irrigation. La recherche comprend des pistes concernant l’utilisation du capteur Caméléon, une invention pratique qui aide les agriculteurs à décider quand irriguer leurs cultures. Cette technologie améliore la production alimentaire (ODD 2), l’utilisation de l’eau (ODD 6) et les revenus (ODD 1). Dans le cadre du Réseau des Universités d’Australie et d’Afrique (AAUN), l’UP collabore avec l’Université de Nairobi, l’Université d’Ibadan et l’Université de Western Sydney pour développer des technologies qui visent à améliorer l’alimentation des gens. Grâce à cette collaboration, l’application mobile Ustawi a été conçue pour lutter contre la faim invisible (ODD 2).

Le Centre d’excellence pour la sécurité alimentaire (CoE) – hébergé par l’Université du Cap-Occidental et coorganisé par l’UP – est une organisation virtuelle qui rassemble l’expertise des institutions sud-africaines et internationales dans différentes disciplines. L’UP accueille également le Centre d’excellence en sécurité alimentaire (ACoE) de l’Alliance des universités de recherche africaines (ARUA), qui vise à créer un réseau de chercheurs talentueux pour faire avancer les institutions dans la lutte contre la faim et la malnutrition. Le Professeur Hettie Schönfeldt, Directrice de l’ARUA a participé au développement des Tableaux de composition des aliments en Afrique de l'Ouest et de l'Est.

Intégrer l’UP à Future Africa

Dans le sillage de la quatrième révolution industrielle, l’UP a presque achevé la construction d’un bâtiment d’ingénierie 4.0 à la pointe de la technologie, qui abritera la première installation indépendante de référence et d’essai pour le transport. Cette installation permettra aux étudiants, en particulier dans le domaine de la formation en génie civil, et de mettre en pratique les aspects théoriques de leur formation dans leur vie quotidienne. Les possibilités de recherche de cette installation offrent des innovations pour favoriser l’accès de la population à des aliments qui sont souvent gaspillés.

Le campus Future Africa, lancé en mars 2019, offre une plateforme permettant de réunir des chercheurs africains pour mener des recherches transdisciplinaires qui visent à construire l’Afrique que nous voulons. Le programme académique Future Africa a été conçu à partir de l’idée que pour trouver des solutions efficaces aux défis complexes de l’Afrique, il faut des approches convergentes et intégrer des connaissances issues des sciences de la vie, des sciences physiques, sociales, économiques, ainsi que de l’ingénierie (ODD 17). Future Africa encourage le développement de leaders scientifiques et leur fournira des passerelles vers des réseaux de recherche à travers le continent et le monde, permettant un échange d’idées, l’établissement de partenariats et le développement de programmes de recherche pertinents et durables.

Le défi de nourrir 10 milliards de personnes d’ici 2050 est énorme, mais l’Université de Pretoria offre une plateforme de recherche, d’innovations et de partenariats qui rendra cela possible.

Pour en savoir plus sur les Centres de référence pour les ODD de l’UNAI, y compris celui de l’Université de Pretoria, consultez la page sur les Centres pour les ODD de l’Impact Universitaire des Nations Unies.