17 August 2018

L'Université Seton Hall promeut le Défi ODD des Nations Unies pour impliquer les étudiants dans des solutions innovantes

L’impact universitaire des Nations Unies (UNAI), dans le cadre de ses efforts de sensibilisation au Programme de développement durable à l’horizon 2030, partage cette histoire présentée par l’Université Seton Hall, une institution membre de l’UNAI.

27 Juillet 2018 - L’Université Seton Hall (États-Unis), une institution membre de l’Impact Académique des Nations Unies (UNAI), à travers son Centre d’études des Nations Unies et de la gouvernance mondiale, invite chaque année des lycéens et des étudiants à proposer des solutions innovantes qui rapprocheront le monde dans l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD). Les propositions dans le cadre du Défi ODD des Nations Unies visent entre autres, à mettre fin à la pauvreté, à lutter contre les inégalités et les injustices, à améliorer et à élargir les possibilités d'éducation et à lutter contre le changement climatique.

"Le Défi ODD des Nations Unies devient un événement du Centre des Nations Unies autour duquel les futurs étudiants, l'école et nos collègues des Nations Unies, de la société civile et du monde universitaire peuvent se rassembler avec enthousiasme", a expliqué le Père Brian Muzás, Directeur du centre et professeur adjoint à l'École de diplomatie et de relations internationales. Le projet, a-t-il déclaré, "est un moyen de fédérer les idées de sources diverses". Pour l'édition de cette année, les étudiants se sont rendus sur le campus depuis des lieux aussi distants comme les Philippines. Plusieurs des 15 finalistes ont présenté leurs propositions inspirantes via Skype depuis des pays tels que l'Inde et l'Australie.

Tout au long du jour de la manifestation, les étudiants ont répondu aux questions d'un jury composé d'anciens lauréats du Défi ODD des Nations Unies, ainsi que d'éminents praticiens des relations internationales, diplomates et universitaires. Ils ont discuté de la manière dont le projet est lié aux ODD spécifiques et ont envisagé des moyens d'étendre certaines idées au-delà d'une phase pilote. "Nous avons besoin de l'énergie des jeunes car c’est de là que viendra réellement le désir de changement. Nous apprendrons de ceux qui débutent leur carrière", a observé Courtney Smith, vice-doyenne principale à l'École de diplomatie et de relations internationales.

Joseph Todaro, un lycéen, a relevé le défi d'aider les populations d'Afrique subsaharienne à accéder à l'eau potable. Affecté par le fait que 500 enfants meurent chaque jour de maladies liées à l’eau, le projet Operation Waterworks de Todaro vise à impliquer les communautés locales dans l’installation et la maintenance de filets capteurs de brouillard, un système de captage d’eau à faible coût qui, selon lui, pourrait produire 2000 litres d’eau potable par jour. Colin Smith, en deuxième année de lycée, a associé son idée à l’éradication du paludisme en distribuant des moustiquaires en Afrique subsaharienne.

L'amélioration de l'éducation des filles dans les pays en développement est la mission de HER, un projet lancé par un groupe d'amis du secondaire. Le projet a jusqu'à présent permis de créer sept bibliothèques dans des écoles de filles au Pakistan. La fondatrice du projet, Zoha Siddiqui, a inscrit HER- se définissant par son éducation est son droit - dans le cadre du Défi ODD des Nations Unies et a remporté la première place du concours universitaire. Les écoles pour filles, explique-t-elle, sont généralement sous-financées et manquent souvent de livres et d’autres fournitures indispensables. "La création de bibliothèques était un moyen durable et rentable d’aider les écoles", a-t-elle partagé.

Le quatrième Défi annuel ODD des Nations Unies revient à l’Université de Seton Hall en 2019. Les propositions sont attendues début mars. Pour plus de détails et les instructions de soumission, veuillez consulter le site Web du projet ici.