27 February 2019

Le centre pour les ODD de l’UNAI plaide pour davantage d’actions à l’échelle mondiale en facteur des énergies modernes, abordables et non polluantes

En octobre 2018, le Centre de politique énergétique et de développement de l’Université nationale capodistrienne d’Athènes (Grèce) a été désigné par l’Impact Universitaire des Nations Unies (UNAI) comme Centre pour l’Objectif de développement durable 7: Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable.

KEPA promeut activement la coopération régionale et le transfert de connaissances sur le changement climatique et les problématiques liées aux énergies vertes au travers des États Membres de l’Organisation de coopération économique de la mer Noire (OCEMN). KEPA coordonne le PROMITHEASnet qui facilite la collaboration entre les établissements universitaires des pays de l’Union Européenne et ceux de la mer Noire et d’Asie centrale. Il coordonne également le Réseau d’énergie verte de l’OCEMN (GEN) qui examine les méthodes destinées à promouvoir les investissements dans les énergies vertes et les projets innovants grâce à la coopération régionale.

Au travers de PROMITHEASnet et de l’OCEMN-GEN, KEPA a participé à la coopération régionale de l’OCEMN sur le changement climatique et l’énergie verte avec plus de 2.5 millions d’euros d’augmentation dans le cadre de ses programmes cadres FP6, FP7 et Horizon 2020.

En outre, KEPA a organisé des séminaires, webinaires ainsi que des conférences dans l’ensemble des États membres de l’OCEMN, ainsi qu’une Conférence scientifique annuelle et qu’un Forum sur l’investissement en énergie verte de l’OCEMN. KEPA créé et diffuse des contenus comme le rapport annuel Perspectives énergétiques des pays de l’OCEMN, une newsletter, la Revue euroasiatique des politiques de développement durable de l’énergie, ainsi que les travaux menés dans le cadre de ses conférences et forums.

D'après KEPA, même si «nous possédons les connaissances, la technologie et les fonds pour un future prospère», les intérêts économiques court-termistes ainsi que les préjugés des décideurs et des populations plombent le développement et la mise en place des mesures en faveur des énergies vertes.

Dans ce contexte, KEPA propose plusieurs initiatives pour des actions concrètes: i) Combattre la pauvreté énergétique au travers d’une concertation politique structurée qui transformerait les consommateurs précaires d’énergie en consommateurs éclairés, en encourageant le financement intelligent pour la rénovation des bâtiments zéro énergie (BZE); ii) créer un Centre d’excellence régional pour les BZE; iii) remplacer l’usage des carburants à faible émission (efficience énergétique, carburants bio, sources d’énergie renouvelables et gaz naturels); iv) encourager la participation des jeunes dans la promotion des énergies propres et la mise en place d’actions aux échelles, nationales, régionales et mondiales; v) augmenter le niveau de coopération entre décideurs et acteurs du marché, du monde académique, et des politiques publiques; vi) augmenter les sources des financements des fonds verts pour les sociétés locales.

De plus, pour promouvoir l’énergie verte et renforcer les partenariats, KEPA participera au Forum sur les investissements dans les énergies vertes (Bulgarie, 2019), à la 12ème Conférence scientifique internationale sur l’énergie et le changement climatique (Grèce, 2019), au 4ème Forum international sur les investissements dans les énergies vertes de l’OCEMN-GEN, ainsi qu’à une réunion des 17 centres de l’UNAI (Grèce, à confirmer).

Les énergies modernes, abordables et non polluantes sont un préalable indispensable pour combattre le changement climatique et constituent un moyen fondamental pour atteindre d’autres ODD. Le Centre de politique énergétique et de développement souligne l’importance d’une coopération mondiale afin de prendre des mesures concrètes et appelle à une mobilisation des financements privés pour cibler les groupes sociaux défavorisés dans les économies en développement et sous-développées.